Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 23 janvier 2009

Mes coups de coeur Abitibiens

Élaguant dans mes vieilles notes, je suis tombée sur une qui contenait cette série d'expressions Abitibiennes et Témiscamiennes. Je n'ai pas pu résister à l'envi de vous la ressortir des boules à mites...


64393819e8468c42fada99f846c4f063.gifb89d2d5eac20efcbc26a612b0e159782.jpgBottes de pine (ou pime) : bottes de pluie. Vient de l’anglais pimp (proxénète). Bottes portées par les pimp. Je suppose que c’est parce qu’il n’y avait pas de trottoirs de bois là où se trouvait les bordels, et dans les début de la ville, les rues étant en terre battue, ça devait être boueux, et les bottes de pluie, nécessaires. Je sais qu'ailleurs au Québec, on dit aussi des bottes à douille ou botte à tuyau.

.................................................

 

8af3eaacfa1f26aa2962c3a624f93e63.jpgSe faire lutter : se faire frapper (par une automobile par exemple). S’utilise aussi en verbe transitif comme dans « Il a lutté un orignal hier sur la 117. Son char est bon pour la scrap ».

...................................................

 

 

cd1637d3cb82576114ffee8424e06252.jpg Coulants : en parlant de chemins, de routes : glissants. « Quand il y a du verglas, les chemins sont coulants. »

...................................................

 

 

62b4032f9a1810c1b1c09868cd33d0a4.jpg

Fro : Contraction du mot anglais foreigner (étranger). En 1931, Rouyn-Noranda était la seconde ville au Québec la plus cosmopolite après Montréal avec 27% de la population d’origine immigrante. Les immigrants (de Pologne, d’Italie, d’Ukraine, d’Allemagne, de Russie, etc.) venaient travailler dans les mines et fuyaient les guerres de leur pays. Ils se faisaient appeler des fros. Noter que les nouveaux immigrants ne se font pas appeler comme ça.

.....................................................

R’souder : De sourdre (je pense, mais je ne suis pas certaine), mais ne s’emploie pas dans le contexte d’une source d’eau qui sort de terre. On l’utilise plutôt pour dire que quelqu’un arrive, qu'il vient. « Tient! Le voilà qui r’soud » (le d ne se prononce pas), ou "Vous avez juste à r'soude che nous après le spectacle".

......................................................

En bisque en coin : En diagonal, en biseau. Hapax. Rare. Dépend des familles. Plusieurs variétés dont biste en flûte.

Commentaires

tiens, je suis tombée sur ton site par hasard ,en cherchant botte de pine ;) OUi, je viens de Rouyn, et je suis bien contente de voir aussi que tu as mis l'expression "se faire lutter"!! ;))

Écrit par : kat | mardi, 10 mars 2009

Merci de partager ces expressions de chez nous, Val d'Or me manque....
Dans ma jeunesse j'avais des bottes de "pimp", je jouais au curbitch avec 2 battons et les gars portaient des frucks de cuir.

Encore merci

Écrit par : Elizabeth Bélisle | samedi, 08 juin 2013

WOW, ça c'est un bon produit, que et on vous laisse tout de suite cette remarque

Écrit par : match france honduras coupe du monde | dimanche, 15 juin 2014

Les commentaires sont fermés.