Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 24 janvier 2008

Frencher à toutes les sauces

À Chicoutimi dernièrement, je me suis rendu compte que le verbe frencher avait une signification de plus que dans le reste du Québec, où ça veut simplement dire "s'embrasser avec la langue".

cffc12a31b946c6f07812d0d7b6a3a16.jpg
 
En effet, pour eux, ça semble vouloir dire "avoir entamé une relation amoureuse avec quelqu'un sans encore avoir couché avec la personne, ou bien sans que ça ne soit encore devenu sérieux". C'est une coloration extrêmement subtile qui s'ajoute parfois au sens plus commun du terme.
 
Des exemples de cette utilisation:
 

"T'as donc ben l'air heureuse, coudonc t'as tu frenché?"

"J'pense que c'te gars-là a frenché une fille en un an et demi"

"Lui c'en est un autre que j'ai essayé de frencher mais je suis arrivée trop tard, y frenchait déjà une autre fille"
 
"J'ai pas baisé depuis les Fêtes, juste frenché. Ben... se faire licher la verge par dessus les culottes ça compte-tu pour baiser?" 

 

Commentaires

d'ailleurs, cette expression fait toujours beaucoup rire les français et les françaises!

Écrit par : stouf | jeudi, 27 mars 2008

Les commentaires sont fermés.