Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 01 novembre 2009

Tintin en français québécois

Les éditions Casterman ont lancé, le mois dernier, une version québécoise de l’album de Tintin Coke en stock, rebaptisé pour l’occasion Colocs en stock. L’adaptation a été réalisée par le sociologue Yves Laberge.

Image de la couverture de Colocs en stock

Le français québécois représenté dans le livre est résolument familier, voire populaire (à se demander si M. Laberge était au courant qu’il existe un français québécois standard différent de celui de France). Était-ce « correct » de traduire cette oeuvre, écrite à l’origine dans un français somme toute standard, dans un registre de langue généralement réservé à l’oral? Je laisse le débat à d’autres. Quoi qu’il en soit, l’exercice littéraire, ici, n’est pas dénué d’intérêt. Je ne l’ai pas lu, mais d’après les extraits qu’on trouve sur internet, il y a certains aspects de la traduction qui déçoivent, d’autres qui sont délectables. Par exemple, le français québécois populaire est utilisé tant par la Castafiore que par le capitaine Haddock… et même par les Arabes! Ce n’est pas très réaliste, et c'est même un peu folklorisant, voire réducteur. Par contre, les références culturelles ont aussi été adaptées au Québec : de Felix Leclerc à la Casta-fjord du Saguenay. Et pour ça, chapeau!

Pour en savoir plus :

http://www.canoe.com/divertissement/livres/nouvelles/2009...

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/arts_et_spectacles/2...

00:05 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2)

samedi, 26 septembre 2009

Littératie au Canada : il faut agir

Radio-Canada rapporte dans sa nouvelle intitulée Capacités de lecture : Données inquiétantes les conclusions d’une enquête réalisée par Statistique Canada sur les capacités de lecture des Canadiens.

Photo d'un livre

Photos sous licence Creative Commons
De pixpoils sur Flickr

Je crois bien que c’est la première fois que je lis une nouvelle sur le sujet qui définit clairement le degré des problèmes de lecture dont elle fait mention. Et c’est probablement pour ça que c’est la première fois que ça me décourage tant. Si vous allez voir la carte interactive qui dresse le portrait de la littératie au Canada, vous remarquerez que le cas du Québec est loin d’être reluisant. Pire encore : le cas des régions au Québec.

Il faut faire quelque chose. Fermer la télé, contrer le décrochage scolaire, rendre la culture et l’éducation accessibles à tous, je ne sais pas. Mais la situation est grave. La littératie m’apparaît comme étant une partie fondamentale de l’éducation d’une personne, d’un citoyen éclairé! Si ça continue comme ça, on va réélir Harper…

00:02 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 25 septembre 2009

Le droit aux services en français

Selon vous, lequel de ces deux hommes est le plus à même d’assurer des services en français au Canada? Le sympathique fermier, ou le premier ministre du Canada?

Photo d'un homme sur son tracteur Photo de Stephen Harper

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos sous licence Creative Commons
De Daniel Tubb et London Summit, respectivement, sur Flickr

 

 


La réponse : Le sympathique fermier! Deux nouvelles m’en ont effectivement convaincue. Le cas du réfugié cubain ne pouvant obtenir des services en français de la part de la Commission du statut de réfugié du Canada au Québec. Puis l’annonce de l'instauration du bilinguisme au Concours international de labour et exposition rurale d’Earlton, dans le Temiskaming ontarien.

23:05 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

mardi, 15 septembre 2009

Un nouveau débat linguistique au Québec

Et c’est reparti pour un autre débat de langue au Québec… Concerne-t-il l’enseignement du français dans nos écoles? Pas du tout. L’intégration linguistique des immigrants? Nenni. La tradution des étiquettes? Nop! Il n’a pas non plus rapport avec le français parlé à la télévision ou à la radio.

Je vous le donne en mille :

Photo d'une Buick

Photo sous licence Creative commons
De LinksmanJD sur Flickr

La nouvelle Buick de GM devrait-elle porter le même nom au Canada qu’aux États-Unis, soit le nom de Buick LaCrosse?

Denis Arcand, dans son article La Buick LaCrosse ? Un nom pas d'Allure… nous apprend que « [p]our des raisons linguistiques évidentes, les gens de GM-Canada avaient choisi le nom moins onaniste de Buick Allure. Mais voilà justement que GM, cette compagnie, à qui on a souvent reproché d'être insulaire et peu à l'écoute de ses clients, a décidé que, à bien y penser, la LaCrosse serait la LaCrosse au Canada aussi. »

Il mentionne également que « La Presse a envoyé un courriel explicite aux relations publiques de GM-Canada, demandant si la compagnie est au courant que "crosse", en parler vernaculaire du Québec, est à la fois un substantif qui signifie masturbation et un verbe, "crosser", qui signifie rouler quelqu'un ou se faire rouler. »

Il faut quand même lui donner ça —comme me le faisait remarquer une amie— pour un article de char, c’est remarquablement bien écrit. Mais depuis quand les compagnies automobile ne mise-t-elle plus, justement, sur une symbolique sexuelle dans leur marketing? Ne dit-on pas qu’un char, c’est une extension à la virilité d’un homme? Hi hi hi… Bon, assez de rigolade. Mais avouez que c’est un débat franchement puéril.

08:59 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2)

lundi, 14 septembre 2009

On l'attend depuis 1914...

C’est probablement ma plus grande émotion de la semaine… Ce soir, quand je suis allée voir s’il n’y avait pas quelque développement du côté du dictionnaire en phase finale d'élaboration de l’équipe du Franqus, que vois-je!?! Ceci :

Capture d'écran du site du Franqus

J'espère tellement qu'ils vont accepter de me prendre dans leur groupe test!

Pour ceux qui ne connaîtraient pas ce projet de dictionnaire, eh bien il s'agira du premier véritable dictionnaire québécois. Oui, par le passé, il y a eu des dictionnaires de France adaptés au Québec (comme le Dictionnaire québécois d’aujourd’hui, des éditions Robert). Il y a aussi eu un dictionnaire édité au Québec (le Multidictionnaire de la langue française). On pourrait aussi penser au Dictionnaire de la langue québécoise, de Léandre Bergeron. Mais malgré son non, c’est un glossaire, et non un dictionnaire. Bref, le Dictionnaire de la langue française - Le français vu du Québec sera le premier dictionnaire entièrement québécois, puisqu’il a bâti une a une ses définitions à partir d’un immense corpus de textes québécois (textes jugés comme étant le reflet du standard linguistique québécois : littérature, journaux, etc.) Un projet qui aura pris des années, et qui est sur le point d’aboutir… « On l'attend depuis 1914 »!

22:00 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1)

jeudi, 03 septembre 2009

300 femmes, comme un seul homme

«Même s’il n’y a qu’un cochon au milieu d’une foule de femmes, c’est toujours le masculin qui l’emporte…»

Photo d'une foule de femmes

Voulant souligner à sa façon le ridicule de cette règle de grammaire, mon ami Joseph Elfassi organise une prise de photo où il souhaite réunir 300 femmes de tous âges et de toutes origines; et un homme. Mesdames, vous êtes les bienvenues :

Quand? : Reporté au 4 octobre 2009 à 16h30
Où? : Montréal, Parc Jeanne-Mance, coin Parc / Mont-Royal

Lien vers le blogue de Joseph : http://elfassi.ca/wordpress/?p=132
Lien vers l’événement facebook : http://www.facebook.com/event.php?eid=123837291510&re...

Pauvre Joseph… si c’est toi qui prends la photo, tu ne pourras pas être l’heureux élu! Bonne chance quand même!

07:40 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

lundi, 31 août 2009

Du langage à l'écriture en passant par le cerveau

Des chercheurs de l’Inserm, à Toulouse, auraient réussit à identifier avec précision la zone du cerveau spécifiquement associée à l’écriture :

Image d'un cerveau

Image J-F Démonet/ Inserm

Ils y sont parvenus par deux moyens :

  1. Lors d’interventions neurochirurgicales sous anesthésie locale seulement, le médecin désactivait, à l’aide d’électrodes, certaines zones du cerveau. On a ensuite demandé aux patients d’essayer d’écrire. Il s’est alors avéré que lorsque c’était la zone encerclée dans l’image ci-dessus qui était inactive, les patients n’arrivaient pas à écrire, et ce, même s’ils pouvaient parler et bouger la main.
  2. Des tests sous imagerie par résonance magnétique ont permis de confirmer qu'il y avait activité cérébrale dans cette zone lors de l'écriture, et de délimiter plus précisément ses contours.

Lire l'article paru dans la revue Annals of Neurology.

21:35 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

samedi, 02 mai 2009

Fauto du jour

Bravant de dangereuses chutes de glaçe (en plein mois de mai), je suis allée pointer cette pancarte posée sur un mur extérieur du Cégep de Chicoutimi. Merci Dominic pour l’idée et la prise de la photo !

Pancarte Chute de glaçe

10:58 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1)

lundi, 27 avril 2009

L'alphabet australien... vu des airs !

Petite curiosité du jour… Tirée du site de Rhett Dashwood.

Les lettres de l'alphabet vue des airs sur Google Map

C’est fou ce qu’on trouve sur Google Map !

07:00 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

dimanche, 26 avril 2009

Les mathématiques au service de la linguistique

La revue Science du 24 avril 2009 rapporte dans l’article Entropic Evidence for Linguistic Structure in the Indus Script que les mystérieux scripts indus, découverts il y a près de 130 ans, seraient bel et bien les traces écrites d’une langue ancienne.

Script indus

Photographie : JM Kenoyer/Harappa.com

De nouvelles analyses indiquent que les symboles composant ces scripts apparaissent avec une régularité toute linguistique. Des chercheurs ont en effet calculé l’entropie conditionnelle des séquences de symboles (c’est-à-dire le degré d’incertitude quant à la nature du symbole qui en suit un autre, défini celui-là), puis l'ont comparée, à l'aide d’un programme informatique, avec celles d’autres langues connues, de même qu’avec celles d’autres systèmes d’information, non linguistiques ceux-là, comme l’ADN, les langages de programmation, etc. Les séquences de symboles indus correspondent vraisemblablement à ce à quoi on s’attendrait d’une langue naturelle.

20:54 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)