Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 15 septembre 2009

Un nouveau débat linguistique au Québec

Et c’est reparti pour un autre débat de langue au Québec… Concerne-t-il l’enseignement du français dans nos écoles? Pas du tout. L’intégration linguistique des immigrants? Nenni. La tradution des étiquettes? Nop! Il n’a pas non plus rapport avec le français parlé à la télévision ou à la radio.

Je vous le donne en mille :

Photo d'une Buick

Photo sous licence Creative commons
De LinksmanJD sur Flickr

La nouvelle Buick de GM devrait-elle porter le même nom au Canada qu’aux États-Unis, soit le nom de Buick LaCrosse?

Denis Arcand, dans son article La Buick LaCrosse ? Un nom pas d'Allure… nous apprend que « [p]our des raisons linguistiques évidentes, les gens de GM-Canada avaient choisi le nom moins onaniste de Buick Allure. Mais voilà justement que GM, cette compagnie, à qui on a souvent reproché d'être insulaire et peu à l'écoute de ses clients, a décidé que, à bien y penser, la LaCrosse serait la LaCrosse au Canada aussi. »

Il mentionne également que « La Presse a envoyé un courriel explicite aux relations publiques de GM-Canada, demandant si la compagnie est au courant que "crosse", en parler vernaculaire du Québec, est à la fois un substantif qui signifie masturbation et un verbe, "crosser", qui signifie rouler quelqu'un ou se faire rouler. »

Il faut quand même lui donner ça —comme me le faisait remarquer une amie— pour un article de char, c’est remarquablement bien écrit. Mais depuis quand les compagnies automobile ne mise-t-elle plus, justement, sur une symbolique sexuelle dans leur marketing? Ne dit-on pas qu’un char, c’est une extension à la virilité d’un homme? Hi hi hi… Bon, assez de rigolade. Mais avouez que c’est un débat franchement puéril.

08:59 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2)