Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 05 avril 2010

Génétique et langage

Le premier génome complet d’un oiseau chantant vient d’être séquencé. Il s’agit du génome du Diamant mandarin (Taeniopygia guttata… plus communément appelé Pinson).

 

L’intérêt d’une telle connaissance pour les sciences du langage? Eh bien, c’est que la faculté de chanter, surtout dans le cas de cet oiseau chez qui le chant, complexe, s’acquiert et n’est pas qu’instinctif, n’est probablement pas complètement étrangère à la faculté de parler. Ainsi, en comparant le génome du Diamant mandarin à celui d’autres oiseaux qui ne chantent pas, on peut espérer en arriver à identifier des gènes précis impliqués dans les mécanismes du chant. Ensuite, il sera possible de comparer ce matériel génétique à celui de l’humain, et de contribuer à cette discipline récente qu’est la biolinguistique.

10:41 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

lundi, 05 octobre 2009

Acquisition du langage

Monsieur Baronian, je ne veux pas vous faire peur, mais votre fils est déjà rendu à l’étape « semantics »…

Bande dessinée sur l'acquisition du langage

 

lundi, 31 août 2009

Du langage à l'écriture en passant par le cerveau

Des chercheurs de l’Inserm, à Toulouse, auraient réussit à identifier avec précision la zone du cerveau spécifiquement associée à l’écriture :

Image d'un cerveau

Image J-F Démonet/ Inserm

Ils y sont parvenus par deux moyens :

  1. Lors d’interventions neurochirurgicales sous anesthésie locale seulement, le médecin désactivait, à l’aide d’électrodes, certaines zones du cerveau. On a ensuite demandé aux patients d’essayer d’écrire. Il s’est alors avéré que lorsque c’était la zone encerclée dans l’image ci-dessus qui était inactive, les patients n’arrivaient pas à écrire, et ce, même s’ils pouvaient parler et bouger la main.
  2. Des tests sous imagerie par résonance magnétique ont permis de confirmer qu'il y avait activité cérébrale dans cette zone lors de l'écriture, et de délimiter plus précisément ses contours.

Lire l'article paru dans la revue Annals of Neurology.

21:35 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)