Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 02 mai 2010

Langues en danger en terre d'exil

Les derniers locuteurs de plusieurs langues en danger du monde pourraient bien se trouver, non pas dans les pays où celles-ci sont parlées traditionnellement, mais bien à New York.

C’est ce que rapporte le New York Times dans son article Listening to (and Saving) the World's Languages du 28 avril 2010. Le journaliste mentionne que déjà, les gens parlant le Vlashki seraient plus nombreux dans La Grosse Pomme que dans les montagnes reculées de Croatie d’où ils ont émigré. Cela soulève bien des interrogations sur les mesures à prendre pour préserver ces langues.

19:42 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

dimanche, 22 novembre 2009

La langue dans le vent

« Parce qu’une langue est semblable au vent, elle poursuit sa fin mêlée de toutes les saveurs du monde et meurt vidée d’elle-même jusqu’à son renouvellement. »

Hafid Aggoune

Photo - Alexie Pomerleau

mardi, 10 novembre 2009

Pleurer en français

Déjà, des études psycholinguistiques avaient démontré que les bébés naissants étaient capables de distinguer la mélodie de leur langue maternelle (ayant pu y être exposés dans le sein de leur mère) de celles d’autres langues (pourvu que ces dernières soient assez différentes sur le plan mélodique). Mais ce n’est que très récemment que des chercheures ont prouvé que les bébés vont même jusqu’à reproduire la mélodie de leur langue maternelle dans leur cris! Ainsi, les poupons français ont une mélodie ascendante, tandis que les petits Allemands en ont une descendante.

Photo d'un bébé qui pleure

Pour plus d’informations, voir l’article paru dans le Nouvel Observateur.

12:37 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

dimanche, 26 avril 2009

Les mathématiques au service de la linguistique

La revue Science du 24 avril 2009 rapporte dans l’article Entropic Evidence for Linguistic Structure in the Indus Script que les mystérieux scripts indus, découverts il y a près de 130 ans, seraient bel et bien les traces écrites d’une langue ancienne.

Script indus

Photographie : JM Kenoyer/Harappa.com

De nouvelles analyses indiquent que les symboles composant ces scripts apparaissent avec une régularité toute linguistique. Des chercheurs ont en effet calculé l’entropie conditionnelle des séquences de symboles (c’est-à-dire le degré d’incertitude quant à la nature du symbole qui en suit un autre, défini celui-là), puis l'ont comparée, à l'aide d’un programme informatique, avec celles d’autres langues connues, de même qu’avec celles d’autres systèmes d’information, non linguistiques ceux-là, comme l’ADN, les langages de programmation, etc. Les séquences de symboles indus correspondent vraisemblablement à ce à quoi on s’attendrait d’une langue naturelle.

20:54 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

samedi, 21 février 2009

Atlas des langues en danger

L'UNESCO a récemment mis en ligne un Atlas interactif des langues du monde qui sont en danger. Il est possible de le consulter en cliquant ici. Pour avoir un bref aperçu de ce qui ressort des données de l'Atlas, vous pouvez également lire le reportage Mettre sa langue dans sa poche, de Radio-Canada. En gros, on y apprend que "La moitié des 6 700 langues parlées aujourd'hui sont en danger de disparition d'ici la fin du siècle." Plusieurs langues autochtones du Québec figurent parmi cette liste. Pour Koïchiro Matsuura, directeur général de l'UNESCO:

"La disparition d'une langue aboutit à la disparition de nombreuses formes de patrimoine culturel immatériel, en particulier du précieux héritage que constituent les traditions et les expressions orales - des poèmes et légendes jusqu'aux proverbes et aux plaisanteries - de la communauté qui la parlait."

GlobeMap.jpg

14:07 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 20 février 2009

L'enseignement d'une langue seconde par le chant

En cherchant une description articulatoire des différentes techniques de chant, je suis tombée sur une étude fort intéressante portant sur le chant comme outil pédagogique en enseignement des langues secondes. Il s'agit de La langue chantée : un outil efficace pour l'apprentissage et la correction phonétique, de Paolo Zedda (2005). Plus précisément, on y explique comment la chanson peut aider à l'acquisition d'une bonne prononciation des sons d'une langue étrangère.

chant.jpg

Tout d'abord, le chant permet de prendre conscience que c'est avec son corps que l'on parle. On ressent beaucoup plus la production de la parole en la chantant qu'en la parlant. Or, il est utile de ressentir comment nos organes phonatoires sont placés pour parvenir à émettre tel ou tel son.

Ensuite, il est plus facile d'entendre la différence entre deux sons lorsque justement, on se concentre sur le son et non sur le phonème. Par exemple, en français québécois, ce n'est pas le même « i » dans vie que dans vite. Il s'agit respectivement des « i » qu'on retrouve en anglais dans beat (rythme) et dans bit (peu). Pourtant, un Québécois n'entend généralement pas de différence entre le « i » de vie et celui de vite, puisque ces « i », contrairement à ceux de l'anglais, n'ont pas de valeur distinctive. Le chant peut donc aider à percevoir cette différence puisqu'il aborde le son de manière plus particulière.

De plus, avec une bonne technique de chant, les organes phonatoires (notamment la cage thoracique et le pharynx) sont dans une bonne position pour attaquer (amorcer) un son; ce qui ne peut pas nuire à une articulation adéquate des sons d'une langue étrangère.

Enfin, le chant fait en sorte que le locuteur articule forcément les sons de manière continue, sans détacher les syllabes comme on pourrait le faire en lisant. L'utilité du caractère continu de la parole dans la pratique d'une langue seconde est qu'elle permet de faire ressortir les phénomènes de phonétique combinatoire (essayez de prononcer svelte sans que le « s » ne devienne, ne serait-ce que partiellement, un « z » ou le « v » un « f »...)

musicnotes223 copie.JPG

Finalement, chanter est aussi l'occasion d'apprendre tout en s'amusant, en plus de développer d'autres compétences que celle de langue, comme la portée de la voix et la posture pour le discours devant public. Certes le chant ne peut être l'unique moyen pour enseigner la langue, mais il est malheux qu'il ne fasse pas partie du cheminement académique obligatoire des futurs enseignants. Ces derniers ne connaissent pas nécessairement les techniques vocales, et ne seraient pas en mesure de choisir les chansons idéales à faire chanter à leurs élèves...

dimanche, 08 février 2009

Une écrivaine parle du français à l'école

Je ne remercierai jamais assez ma collègue Catherine Leblanc pour m'avoir fait découvrir ce vidéo. Certes, je ne suis plus à convaincre, je sais à quel point la langue est vivante et en évolution, je sais qu'elle est un outil de communication, et un matériau d'art, mais cette écrivaine, Marie Desplechin, l'exprime si bien! De plus, elle sort de l'abstrait en expliquant comment la langue devrait être enseignée à l'école.

 

mardi, 27 janvier 2009

Études linguistiques sur des rats

Les rats seraient capables de distinguer des langues...

vmpomjyo.jpg

C'est du moins ce que rapporte Radio-Canada dans cette nouvelle :

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Santeeducation/nouve...

Plus de détails sont disponibles (en anglais) sur le site de l'American Psychological Association :

http://www.apa.org/releases/speech.html

12:52 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1)